Au plaisir …

… d’emmener nos enfants voir le monde …

Le Blog

Le retour (Fra) - 08/08/2006

08/08/2006

Réveil sur la cour du domaine de la Grande Barde, aux pieds des vignes. Dès notre réveil nous avons droit aux jolis sourires d’Alexia et Arnaud. Le départ sera difficile pour les enfants. Ils sont adorables et donnent des dessins en souvenir à Yann et Pauline. Néanmoins, les enfants sont rassurés de savoir qu’ils vont se revoir en Belgique.

En route vers la Dune du Pyla pour quelques jours de “vrai” repos avant le retour en Belgique. Au programme: piscine,plage, barbecue, lecture, jeux, … Bref, farniente!

Dune du Pyla
Dune du Pyla


 

Saint-Emilion (Fr) - 07/08/2006

07/08/2006

Nos amis Sophie et Baudouin nous accueillent à ”La Grande Barde” à Montagne-Saint-Emilion. Le papa de Baudouin nous emmène pour une visite guidée de ses chais. Il nous a surtout expliqué les différents critères et paramètres qui influencent la qualité d’un vin. Il y a plus de 20 éléments qui peuvent influencer la qualité d’un vin, allant du choix du cépage, au choix de l’enherbement des rangs, de l’effeuillage au lever ou au coucher du soleil, de la vendenge manuelle ou à la machine, du triage par grappe ou par raisin, jusqu’au choix des cuves, du temps de fermentation, etc., etc.

saint-emilion
saint-emilion

Ce soir, nous mangeons à Saint-Emilion. Nous en profitons pour faire une petite visite de cette charmante ville et surtout de son église monolithique. Pauline et Yann sont ravis de retrouver des amis, Arnaud et Alexia. Les enfants ont été adorables et semblent devenir inséparables. Alexia et Pauline se balladent main dans la main.

 

Peubla de Sanabria (E) - 05/08/2006

05/08/2006

Aujourd’hui, nous avons prévu de faire à peine 20 km, histoire de passer la frontière vers l’Espagne et de trouver un camping avec piscine.

Nous quittons Rio de Onor avec une certaine nostalgie, nous aimons cet endroit calme et reposant où tout se passe au ralenti. Le retour vers l’an 2006 se fait lentement et à travers champs, nous  sommes seuls, sur une petite route où il est impossible de croiser un autre véhicule sans tomber dans le fossé, autour de nous il n’y a que des champs verts, sans aucune nuance, le même vert foncé au nord, à l’est, au sud et à l’ouest. Nous sommes dans un “no mans land”.

La vallée du Douro - 04/08/2006

04/08/2006

Remontant le Douro de Medas à Sabrosa.

La valée du Douro
La valée du Douro

Cette partie du pays vaut vraiment la peine d’être vue; superbes paysages le long du Douro, de nombreux jolis petits villages, des terrasses de vignes et d’oliviers à perte de vue et partout des “quintas”, des petites propiétés viticules proposant souvent le “bed and breakfast” à la portugaise.

Le 'ferry' à Pinhâo
Le 'ferry' à Pinhâo

Arrivés à Pinhâo, nous cherchons le pont pour traverser le Douro afin de suivre la direction de Sabrosa. A notre grande surprise, cette traversée se fait en “Ferry boat” (ou faut-il dire “bac”?). Le niveau de l’eau du Douro est au plus bas. La montée d’Idéfix sur le bateau semble périlleuse: A 300 mètres du bateau, un homme nous arrête et nous conseille d’attendre avant de descendre la côte qui mène à l’embarcation. Il fait des signes à ses collègues en disant “grosso, grosso” et Damien confirme en disant que notre véhicule fait 7 mètres de long. Les hommes en bas n’ont pas l’air de s’inquiéter et nous font signe de venir. Arrivés en bas, voyant le peu de place qu’il y a encore sur le bac et constatant la différence importante entre le niveau de l’eau et celui de la rive, nous comprenons l’hésitation de l’homme en haut. De tout façon, il n’y a pas moyen de faire demi-tour, c’est trop étroit. Les voitures sur le bateaux se poussent un peu vers l’avant et Idéfix monte sans soucis. Par contre, quitter ce bateau ne semble pas être une mince affaire. Deux hollandais nous racontent qu’un mobilhome est resté coincé au moment de quitter le bateau. Arrivé à l’autre rive, les employés du bateau font reculer tous les véhicules pour mettre un maximum de poids à l’arrière et donc permettre à l’avant du bateau de monter afin de faciliter le débarquement. Ils en profitent également pour expliquer (uniquement avec des gestes) à Damien comment il devra manoeuvrer pour quitter le bac. Heureusement, nous sommes sortis indemnes de cette aventure!

La visite de Sabrosa s’est limitée à une visite éclaire de la maison natale de Magellan,premier homme à avoir traversé l’océan Pacifique, entre 1519 et 1521, accomplissant ainsi le premier tour du monde de l’histoire. Magellan est donc un des personnages emblématiques des globetrotteurs.

Sabrosa
Sabrosa

En quittant Sabrosa, nous décidons d’éviter les détours et nous piquons vers le nord au lieu d’aller au camping prévu.

Rio de Onor
Rio de Onor

Il est 20 heures lorsque nous arrivons dans un village perdu dans les hauteurs portugaises. Ce village est petit, vieux-jeu, peuplé de vieux agriculteurs et de bergers. J’ai l’impression que ce village n’a plus évolué depuis la deuxième guerre mondiale. Les hommes coupent les hautes herbes à la faux, les femmes brossent les rues avec des balais “home-made”, les maisons sont toutes construites à l’ancienne, toutes les portes, et mêmes certaines serrures sont en bois, les rues sont mal pavées, une femme lave son linge le long du ruisseau… le temps s’est arrêté.

Rio de Onor
Rio de Onor

Nous choisissons de passer la nuit à l’entrée de ce village, appelé “Rio de Onor”. Nous installons Idéfix le long du ruisseau et passons la soirée à l’extérieur. Le repas à peine terminé, un troupeau de moutons vient paître tout autour de nous. Pittoresque…

 

Medas - 03/08/2006

03/08/2006

Ce camping nous plait et nous décidons donc d’y rester une journée complète, en d’autres termes, une journée sans route!

Medas
Medas

Par contre, faire la crêpe toute la journée n’est pas notre tasse de thé. Au programme aujourd’hui: le matin, grand nettoyage d’Idéfix et petit tour aux machines à lessiver; l’après-midi, baignades dans le Douro et dans la piscine. Yann y essaie de dialoguer avec un petit garçon portugais en disant “daar, daar” avec un accent hispanique. Pauline, apparemment, observe les adolescentes et veut mettre son essuie de bain autour de sa taille comme les grandes.

 

Vila Nova de Gaia - 02/08/2006

02/08/2006

Quittant Porto pour remonter le Douro.

Face à Porto, sur l’autre rive du Douro, se trouve Vila Nova de Gaia. Le long de la rive est située la majeure partie des chais des différents portos vendengés dans la région du Douro. Autant de bâtisses aux toîts de tuiles rouges qui colorent la berge montagneuse. Hier, nous n’avions pas été touchés par la ville de Porto, aujourd’hui, par contre, nous l’admirons et la trouvons plus attirante vue de l’autre rive.

Porto
Porto
Porto
Porto

Sur le Douro, quelques anciens bateaux de Sandeman, de Ramas Pintos, de Calem et autres grands noms, chargés de vieux tonneaux, sont amarrés. Ces bateaux servaient à transporter le jus des raisins vers les chais.

Porto
Porto

Nous choisissons de visiter les caves de Calem. Ces caves abritent des cuves de chênes qui peuvent contenir jusqu’à 50000 litres de porto. La visite est intéressante et Yann semble déjà s’instruire pour quand il aura l’âge de goûter du porto car il nous demande sans cesse de lui expliquer ce que dit le guide.

Le porto a été “inventé” au XVIIième siècle, lorsque des négociants britanniques eurent l’idée d’ajouter de l’eau-de-vie au vin du Douro pour le rendre plus transportable.

Nous terminons notre journée et passerons la nuit le long du Douro. Nous avons trouvé un camping sympa à Medas, les pieds dans le Douro. Nous écrivons ces quelques lignes depuis la terrasse d’Idéfix, installée sur la rive droite, tout en admirant le reflet du clair de lune sur l’eau…

 

Porto - 01/08/2006

01/08/2006

Visite de Porto. C’est la première fois que nous nous aventurons avec Idéfix dans le centre d’une grande ville encore inconnue. Nous trouvons rapidement un parking accessible pour mobilhomes et proche du centre ville historique. J’ai dit “accessible”, euh, l’entrée nous semble très étroite…  mais avec Damien au volant tout devient accessible!

Porto
Porto

Nous avons visité: L’église Sâo Francisco, connue pour sa décoration en style baroque typiquement portugais et particulièrement pour son “Arbre de Jesse”; le Palais de la Bourse; la Place de la Liberté; Le marché de Bolhâo et la cathédrale “Sé”.

Ni Damien, ni moi, n’avons été séduits par cette ville.

Arrivés au camping au Nord de Porto, Damien et les enfants ont fait un sprint jusqu’à la piscine pour y faire un plongeon avant la fermeture. Le camping n’est pas très sympa et nous n’avons pas le courage d’installer la “terrasse” d’Idéfix. Nous passons donc une soirée sympa dans le mobilhome et avons le plaisir de jouer au UNO en famille.

Demain, dégustation de différents Porto au programme!!

 

Braga - 31/07/2006

31/07/2006

Aujourd’hui, nous passons par Braga pour visiter le sanctuaire de Bom Jésus de Monte.

Nous savons qu’il y a quelques 600 marches à gravir et de jolies fontaines, etc. Mais quelle n’est pas notre surprise au fur et à mesure que nous avançons sur notre “pelerinage”.

Braga
Braga

Nous montons quelques volées d’escaliers avec à chaque palier une chapelle dans laquelle est représenté une scène du chemin de croix du Christ.

Braga
Braga

En haut du dernier palier, nous tournons la tête vers la droite et….. WAW…. Nos premiers mots sont:”C’est magnifique, je n’ai jamais rien vu de semblable.”. Le soleil brille sur cet édifice tout blanc et le rend encore plus impressionnant. Nous escaladons encore les volées d’escaliers et admirons les fontaines représentant les 5 sens. Même les enfants semblent envoûtés par la beauté car ils montent jusqu’au sommet sans se plaindre. En haut, une superbe église surplombe ce superbe endroit.

La descente fut moins fatigante mais également impressionnante. Nous avons pris le funiculaire. Ce vieux wagon en bois emprunte une descente de 30,9% d’inclinaison, s’engouffrant dans une sorte de tunnel de verdure long de 285 m. Afin de faciliter (d’assurer?) la descente et la montée, une personne rempli ou vide le wagon d’eau.

Braga
Braga

Après cette visite surprenante, nous reprenons la route vers notre prochain camping qui se trouve à Cabeceiras de Basto. C’est un petit camping très sympa d’où nous avons une superbe vue sur la vallée. A peine arrivés, nous assistons à un début de feu de fôret qui se situe à plus ou moins 2 km de notre emplacement. Mentalement, Damien et moi, réfléchissons déjà à la meilleure solution au cas où… Mais, fort heureusement, le vent souffle les flammes dans le sens opposé. Peu de temps passe et nous voyons arriver des hélicoptères (munis d’eau) qui arrivent à maîtriser le feu rapidement. C’est bon, pas de panique.