Au plaisir …

… d’emmener nos enfants voir le monde …

Le Blog

La boucle est bouclée! (Australie) - 06/05/2009 au 19/06/2009

Itineraire Australie - Partie 15 et finaleMercredi 6 mai 2009, le Kimberley est une région située dans le nord de l’Australie-Occidentale. Nous retournons donc dans l’Etat par lequel nous avons débuté notre périple australien.

Petite salade de carottes, de pommes de terre, de tomates et de concombres juste avant de franchir la frontière de l’Etat d’Australie-Occidentale. Le contrôle sanitaire nous les confisquerait de toute façon. Autant les manger, même s’il n’est que onze heures du matin.

Nous arrivons à Kununurra en début d’après-midi et faisons un petit crochet vers le Parc National Mirima qui se trouve au nord de la ville. Dans ce petit parc, nous nous promenons entre des petits escarpements rocheux et des baobabs. Les sommets des rochers sont arrondis et les flancs sont striés. Les Australiens de la région aiment dire que ce sont les Bungle Bungles en miniature. Les Bungle Bungles, les vrais, sont situés bien plus à l’ouest, mais nous ne les verrons pas car il faut un 4×4 solide pour y accéder.

Mirima N.P. (Kununurra)
Mirima N.P. (Kununurra)

Jeudi 7 mai 2009, la région du Kimberley est le paradis du 4×4. De longues pistes parcourent le paysage dans tous les sens. Mais la route asphaltée que nous empruntons pour rejoindre Halls Creek parcourt elle aussi des paysages de toute beauté. Un vent de liberté souffle sur le pare-brise d’Idéfix qui se faufile entre les collines de roche rouge.

Le Kimberley
Le Kimberley

De majestueux baobabs au gros troncs gris dominent les plaines recouvertes d’herbes vertes et jaunes et d’eucalyptus aux fins troncs blancs.

Le Kimberley
Le Kimberley

Le soleil couchant apporte une dernière touche au tableau qui inspirerait plus d’un peintre. Nous passons la nuit à Halls Creek. Dans la plaine qui jouxte notre campement, sous l’éclairage d’une petite piste d’atterrissage, un groupe d’Aborigènes joue au foot avec beaucoup d’enthousiasme. Y a pas à dire, leurs voix portent loin.

Du vendredi 8 mai au samedi 9 mai 2009, traversant la Fitzroy River, nous arrivons dans le village de Fitzroy Crossing. Cet endroit doit son nom au passage à gué que les locaux empruntaient ici jadis pour traverser la rivière avant que le pont ne soit construit.

Fitzroy Crossing
Fitzroy Crossing

Nous nous y renseignons quant à l’état des pistes qui mènent à deux parcs nationaux ainsi qu’à la Gibb River Road (piste également). En aurions-nous marre de l’asphalte? Déjà dans Kakadu, de nombreux endroits étaient fermés aux visiteurs et ici, dans le Kimberley, tout accès semble réservé aux 4×4. La réponse à notre question est courte et claire: “Impossible pour vous d’y passer. Même les 4×4 avec un châssis bas n’y passent pas.”

Au Parc National Geiki Gorge nous montons à bord d’une barge dirigée par un ranger du parc. Nous naviguons le long des berges sablonneuses, perturbant la sieste d’un bon nombre de “freshies”, crocodiles d’eau douce, nettement plus petits et moins hostiles que les “salties”, crocodiles d’eau salée. Le cours d’eau s’engouffre dans la gorge de Geiki, dont les parois sont les vestiges d’un très ancien récif corallien. La “croisière” ne dure qu’une heure, mais elle est des plus agréables.

Geiki Gorge
Geiki Gorge

Dimanche 10 mai 2009, nous quittons la région du Kimberley et rejoignons la côte ouest. Dès à présent nous roulons vers le sud et longeons l’Océan Indien. D’énormes nuages de fumée, causés par un feu, passent au-dessus de l’endroit où nous voulions passer la nuit.

Bushfire (allumé volontairement pour l'entretien des terres)
Bushfire (allumé volontairement pour l'entretien des terres)

Soixante kilomètres plus loin un autre bel endroit nous accueille pour notre bivouac. C’est l’endroit idéal pour la leçon de didgeridoo de Yann et Damien. Ils s’entraînent régulièrement aux différents sons et à la “respiration circulaire”.

Petite séance de Didgeridoo sur l'un de nos bivouacs
Petite séance de Didgeridoo sur l'un de nos bivouacs

Lundi 11 mai 2009, afin de couper la monotonie de la route nous faisons une petite incursion vers Eighty Mile Beach. Cette plage n’a pas volé son nom puisqu’elle fait bien 80 miles de long (environ 140 kilomètres). Nous nous installons en bord de plage sur l’unique camping du coin. Des caravanes de pêcheurs nous entourent. Tout le monde affûte sa canne-à-pêche, prépare ses appâts ou nettoie les poissons qu’il a pêchés. Sur une des voitures 4×4, un autocollant attire notre attention: “Global warming, higher sea levels, more fishing spots!” Voilà comment les Australiens positivent. C’est clair, ils adorent la pêche.

Nos cannes-à-pêche sont bien trop modestes pour que nous puissions pêcher depuis la plage. Alors, nous nous contentons d’admirer le coucher de soleil.

Eighty Mile Beach
Eighty Mile Beach

Mercredi 13 mai 2009, la boucle est bouclée !! Il y a exactement sept mois, nous étions ici, à quelques kilomètres au nord de Exmouth. Nous essayons de créer un moment solennel dans Idéfix et annonçons aux enfants: “Nous avons fait le tour de l’Australie! Ouais! Houra!”

Du jeudi 14 mai au samedi 16 mai 2009, arrivés à Exmouth, nous profitons d’une connexion internet afin de poursuivre nos recherches d’une maison ou d’un appartement à louer dès notre retour en Belgique. Ensuite, nous filons vers le Parc National de Cape Range que nous avions tant apprécié il y a quelques mois. Nous nous souvenons des campements en bord de mer, du snorkeling, des tortues et des “hosts”, les bénévoles sympathiques en charge des lieux. A Osprey Bay, nous découvrons un lieu de campement avec une vue imprenable sur l’océan. Ce soir il n’y a plus de place. Les hosts nous promettent qu’une place se libérera demain. Nous passons l’après-midi sur la plage et faisons un peu de snorkeling. L’endroit est dénué de corail, mais les poissons sont nombreux. La surprise du jour nous est offerte par une gigantesque tortue, tapie sur un lit d’algues, au fond de l’eau.

Cape Range N.P.
Cape Range N.P.

Dimanche 17 mai 2009, mission accomplie! Nous souhaitions trouver un bel et agréable endroit pour fêter les huit ans de Yann. Autant dire que nous ne sommes pas déçus: un emplacement de cinq mètres sur six, à l’écart d’autres vans et caravanes, pas d’eau, pas d’électricité, pas de laverie, pas d’internet, pas de téléphone. Il nous semble qu’il y ait juste nous et la mer que nous contemplons sans jamais nous lasser.

Les huit bougies placées sur un de ses gâteaux préférés, le cadeau dont il rêvait et l’après-midi de pêche ont, apparemment, comblé Yann de bonheur. En fin de journée, il nous dit avec un grand sourire:”Merci beaucoup, maman et papa, c’était une journée merveilleuse!”

Yann a 8 ans
Yann a 8 ans

Du lundi 18 mai au dimanche 24 mai 2009, pendant ces six jours, même sans plonger la tête sous l’eau, nous avons le bonheur d’observer quelques animaux marins du haut des rochers. De temps en temps un tortue vient nager tout près ou sort sa tête de l’eau. Plus rare sont les dauphins et les raies. Tous les jours nous nous plaçons sur le bord des rochers, remplis de coraux fossilisés, nos cannes-à-pêche à la main.

Cape Range N.P. - Corail fossilisé
Cape Range N.P. - Corail fossilisé

Après de nombreuses heures de patience, la ligne de pêche de Yann se tend soudainement. Il essaie de remonter sa ligne mais une résistance énorme lui rend la tâche difficile. Damien et Yann se  débattent quelques secondes, puis sentent des secousses plus violentes, puis un coup sec…, puis plus rien… Le fil s’est cassé. Quelle déception! Le temps de nous en remettre, Sophie aperçoit subitement une silhouette foncée dans l’eau. La bête fait au moins un mètre de long. C’est un requin!

Cape Range N.P.
Cape Range N.P.

Un jeune “Aussie”, qui fait des recherches sur les requins, nous dit qu’il est fort possible que le requin soit venu prendre le poisson accroché au fil de Yann. De là cette force incroyable sur le fil et la raison pour laquelle le fil s’est cassé! Lorsque nous expliquons à Yann ce que le spécialiste a dit, il déborde d’excitation: “J’ai donc pêché un requin!”.

Cape Range N.P.
Cape Range N.P.

Finalement ce n’est que le quatrième jour de pêche que Yann est enfin récompensé pour sa patience. Il fait déjà noir. Néanmoins, nous prenons quelques photos et rejetons le poisson, de petite taille, à l’eau.

Cape Range N.P.
Cape Range N.P.

Les premiers jours nous nous baignions dans l’eau turquoise dont la température est encore très agréable. Mais un jour, un phénomène étrange nous empêche de nager… Il y a des centaines, voire des milliers de méduses brunes dans l’eau. Il est impossible de nager sans risquer de se faire piquer.

Cape Range N.P. - invasion de méduses
Cape Range N.P. - invasion de méduses

En fin de journée il n’est pas rare de voir des kangourous sauter autour d’Idéfix. Cet endroit est un véritable petit havre de paix. Seul bémol à notre séjour est un petit accident. Pauline n’étant qu’à moitié intéressée par la pêche de poisson, reçoit de Damien un super montage pour pêcher des crabes. Des crabes, il y en a beaucoup! Mais notre petite princesse, devenue “trop” habituée au maniement de sa ligne, devient moins prudente… Par un mauvais mouvement, elle envoie l’hameçon dans son doigt. L’hameçon semble enfoncé d’au moins un centimètre dans la longueur du doigt, pas dans la profondeur. L’arrête de l’hameçon nous empêche de le retirer facilement. Pauline, effrayée, nous demande: “Mais comment je vais faire pour manger et pour dormir avec ce crochet dans mon doigt?”. Arrivée dans Idéfix, Pauline, son doudou dans les bras, s’accroche à son papa. Elle hurle de mal, la pauvre. Grâce à une aiguille stérile fort aiguisée Sophie arrive petit à petit à couper un peu dans la peau pour extraire ce foutu crochet. Nous ne savons combien de temps cela a duré, dix minutes, quinze minutes, plus? En tout cas, pour Pauline ce sont de longues minutes de douleur et de pleurs. Pour Damien et Sophie, ce sont de longues minutes de maîtrise de soi, de patience, d’encouragements et de concentration. Finalement, nous réussissons, l’hameçon est parti! Bravo à Pauline pour son courage, à Yann d’être resté à l’écart et merci aux Australiens de nous avoir proposé de nous emmener, si nécessaire, à l’hôpital situé à plus de 90 kilomètres d’ici.

Quelques heures plus tard, une fois remis de nos émotions, nous retournons au bord de l’eau … mais sans canne-à-pêche, ni fil, ni hameçon! Nous profitons pleinement de cette dernière promenade car demain, nous partons.

Cape Range N.P.
Cape Range N.P.

Lundi 25 mai 2009, de retour à Exmouth, nous faisons connaissance de la famille Roux, avec qui nous étions déjà en contact par email. Denis, Sarah et leur trois filles passent nous dire bonjour. Ils sont en voyage en camping-car pour une durée de cinq ans (http://familleroux.top-depart.com). Nous avons beaucoup de choses à nous raconter et la soirée se prolonge jusque tard dans la nuit. Les enfants sont tristes de se quitter, car nos routes se séparent déjà demain. Mais nous aurons peut-être l’occasion de nous revoir plus tard.

Point Quobba
Point Quobba

Mercredi 27 mai 2009, moins de 700 kilomètres nous séparent de Perth (Fremantle) d’où nous retournerons en Belgique. Ne souhaitant pas arriver trop tôt dans cette grande ville, nous nous arrêtons à des petits endroits où nous ne sommes pas passés lors de notre première visite de cette région. C’est ainsi que nous faisons un petit détour par Point Quobba où l’attraction principale serait un “blowhole”. Le campement ne paie pas de mine, mais la balade le long de la côte sauvage nous enchante.

Point Quobba
Point Quobba

Les vagues sont déchaînées et s’écrasent avec force sur les rochers. Un grand panneau avertit les baigneurs: “King Waves Kill!”. Lorsque les vagues géantes s’engouffrent dans la crevasse, appelée blowhole, elles en remontent sous forme d’un jet d’eau s’élevant jusqu’à 10 mètres dans les airs. Ce spectacle nous fascine. Nous l’admirons jusqu’à ce que les rayons du soleil aient disparus derrière la ligne d’horizon.

Point Quobba - Blowhole
Point Quobba - Blowhole

Lundi 1 juin 2009, c’est l’anniversaire de Sophie. Pour l’occasion, nous faisons une étape de deux nuits à Coronation Beach. C’est pour ainsi dire notre dernière étape en bord de mer avant le grand retour. Exceptionnellement, aujourd’hui ce n’est pas Sophie qui prépare son gâteau au chocolat qui l’a rendue célèbre en Amérique du Sud. Ce sont Yann, Pauline et Damien qui prennent place aux fourneaux et ils ne s’en sortent pas trop mal. Lorsqu’il s’agît de lécher la cuillère qui a servi à mélanger la préparation, les enfants sont au premier rang. 

Bon anniversaire Sophie
Bon anniversaire Sophie

Mardi 2 juin 2009, arrivés à Fremantle, nous nous occupons essentiellement des documents nécessaires à la location d’une maison. Grâce à l’aide précieuse de Gigi et Olivia, nous avons trouvé un toit pour notre retour en Belgique. Merci les cousines!

Mercredi 3 juin 2009, la compagnie maritime qui prendra Idéfix en charge la semaine prochaine refuse tout véhicule équipé d’un réservoir de gaz. A moins de lui présenter un certificat attestant que le réservoir est vide. Ce matin, 7h30, nous avons rendez-vous chez un spécialiste qui serait apte à vider le réservoir GPL et à nous délivrer un certificat. Le responsable nous accueille: “No worries, mate! It should not take longer than one hour.”. Il déconnecte le réservoir de gaz et commence la vidange. Nous attendons dans la rue, loin du véhicule, car les émanations de gaz ne nous rassurent guère. A midi, nous mangeons un sandwich dans Idéfix. A 14h00, nous décidons de faire l’école pour nous occuper. Le spécialiste n’y comprend rien, notre réservoir semble être une source de gaz intarissable. Finalement c’est à 16h00 que l’opération se termine. Il a fallu huit heures pour faire la vidange complète. Nous recevons le certificat. Le responsable est tellement ennuyé de nous avoir fait attendre si longtemps, qu’il refuse que nous payions quoi que ce soit. Sympa!

Fremantle - vidange de gaz obligatoire avant la traversée en cargo
Fremantle - vidange de gaz obligatoire avant la traversée en cargo

Du jeudi 4 au mardi 9 juin 2009, n’ayant plus de gaz dans Idéfix, nous sommes obligés de rester au camping de Fremantle pour la simple et bonne raison que notre frigo ne fonctionne plus que sur du 230 Volt. 

Mercredi 10 juin 2009, nous louons un chalet au camping, faisons nos valises et déménageons nos affaires dans le chalet. Damien rallume un des becs à gaz, juste pour faire une dernier check… Surprise, il y a toujours du gaz! Nous laissons le frigo sur gaz et tous les becs allumés pour vider la bombonne!! Dire que cela fait une semaine que nous cuisinons au “camp kitchen” croyant que nous n’avions plus de gaz!

Jeudi 11 juin 2009, bye bye Idéfix, bonne traversée, rejoins-nous en Belgique en pleine forme. Nous prenons congé de notre maison roulante qui nous a emmenés dans tant de beaux endroits pendant ces deux années de voyage. Damien conduit Idéfix à la douane et ensuite au port. Normalement, le “Sapphire Ace” lèvera l’ancre lundi. Idéfix traversera les océans, via le Japon et devrait arriver à bon port dans deux mois.

Dimanche 14 juin 2009, la famille Roux est arrivée à Fremantle. Leur camping-car d’un côté et notre “villa” de l’autre constituent, l’espace de deux jours, une aire conviviale et sympathique. Les enfants jouent et mangent dans le chalet. Les adultes prennent l’apéro sur la terrasse et partagent tranquillement un repas dans le camping-car. 

Fremantle - Quelques jours avec la famille Roux
Fremantle - Quelques jours avec la famille Roux

Lundi 15 juin 2009, alors que Denis et Sarah passent la journée chez le garagiste avec leur véhicule, nous invitons Fanny et Manon à rester avec nous. Les quatre petits diables sont partant pour une chasse au trésor. Celle-ci nous mène aux abords d’un étang, dans un parc boisé. Nous trouvons la cache du trésor en haut d’une petite colline offrant un beau panorama sur Fremantle. Malheureusement la cache est vide. Le trésor a disparu. Pour se consoler, les enfants se défoulent sur la gigantesque plaine de jeux installée au bord de l’étang.

Fremantle - Chasse au trésor avec Manon et Fanny
Fremantle - Chasse au trésor avec Manon et Fanny

En début d’après-midi, nous recevons la confirmation qu’Idéfix est embarqué à bord du “Sapphire Ace”. Nous nous précipitons sur internet et réservons nos tickets d’avion. Sitôt fait, nous nous empressons de prévenir la famille: “Nous décollons vendredi et serons en Belgique ce samedi 20 juin. A très bientôt!”

Mardi 16 juin 2009, la famille Roux, avec qui nous avons passé d’excellents moments, reprend sa route. Ils ont encore trois ans de voyage devant eux. Même si nous sommes contents de rentrer chez nous, les voir partir vers d’autres découvertes, nous donne tout de même un pincement au coeur.

Jeudi 18 juin 2009, les valises sont bouclées. Demain, nous quittons l’Australie et terminons en même temps notre voyage en famille. Il y a quatre ans, nous rêvions de partir. Il y a deux ans, notre rêve devint réalité. Aujourd’hui, nous rentrons la tête remplie d’images et de merveilleux souvenirs qui continueront de nous faire rêver encore longtemps …

Embarquement immédiat
Embarquement immédiat
Fin du voyage ...
Fin du voyage ...